Entente (contrat 99 ans)

Le REM : le mythe projet rentable…

Annoncé comme rentable, le REM sera extrêmement couteux pour les Québécois

Depuis l’annonce officielle du projet, la CDPQ évoque la rentabilité du projet du REM. Le REM sera très rentable pour la filiale de CDPQ, mais extrêmement coûteux pour les contribuables québécois.

​

Le 22 avril 2016, la CDPQ et sa filiale présentaient le REM en insistant sur la rentabilité du projet

Le Léléjournal 18h Patrice Roy: Que faire pour que ce projet soit rentable?

Michael Sabia, PDG de la CDPQ:  

« Il faut maximiser l’achalandage »

« Cela va payer un rendement intéressant »

« La seule chose que nous allons privilégier, c’est la concurrence » 6:25

« La Caisse est une organisation commerciale. Nous allons gérer ce projet selon les principes commerciaux »

​

Note: Le gouvernement Libéral de Philippe Couillard n’a pas géré ce contrat comme les autres contrats commerciaux: Il n’y a eu aucun appel d’offres international comme à Vancouver pour trouver le meilleur prix pour faire le REM. La CDPQ a laissé entendre que le REM serait rentable sans indiquer que ce métro léger nécessiterait des centaines de millions $ de subvention chaque année pour qu’il soit rentable pour 

l’« organisation commerciale » qu’ait la Caisse de dépôt et placements du Québec.

Le BAPE a des réponses a CDPQ-Infra sur l’aide financière que les Québécois devront verser chaque année

Voici la question posé par la Commission d’enquête du BAPE le 21 septembre 2016

À l’exemple du tableau suivant, présenter les données, coûts et revenus d’exploitation pour les 4 antennes du REM, selon l’hypothèse d’un tarif équivalent pour 1) un achalandage équivalent, 2) l’achalandage prévu en 2022, l’achalandage prévu en 2031 (DB25). Réponse:

http://www.bape.gouv.qc.ca/sections/mandats/Reseau_electrique_métropolitain/documents/DQ2.1.pdf        

Réponse de CDPQ-Infra : 

« Ratio d'autofinancement:  Sans objet – ne correspond pas au modèle de CDPQ Infra »

« Déficit d'opération:  Sans objet – ne correspond pas au modèle de CDPQ Infra »

​

Rapport du BAPE basé sur un projet sans déficit d’opération

Quelques mois plus tard, la BAPE publiait sont Rapport d’enquête et d’audience publique | Projet de réseau électrique métropolitain de transport collectif sans savoir que le REM aurait des déficit opération de centaine de millions $ par année. Le BAPE à t-il été trompé?

http://www.bape.gouv.qc.ca/sections/rapports/publications/Bape331.pdf

Déficits annuels du REM de 310 millions $ à 414 millions $: Chiffres de l’ARTM 

L’ARTM a publié en avril 2018 un document indiquant les « Contributions » annuelles du gouvernement et des municipalités pour le REM. Contrairement à l’affirmation de CDPQ-Infra « Ratio d'autofinancement » était « sans objet », on apprend que 70% des revenus du REM seront payés par les contribuables du Québec et par les taxes des citoyens des municipalités où circulera le REM. 

​

On comprend aujourd’hui que la «rentabilité» pour CDPQ-Infra du REM aura de lourdes conséquences financières pour les Québécois.

Ces « Contributions » de l’’ARTM sont en réalité des déficits d’opération à assumer chaque année par les contribuables  :

Les chiffres de l’ARTM confirment l’exactitude du fichier Excel de simulations de facturation du REM :

Exemple pour l’année 2027 (sans inflation) des montants facturés et le déficit pour le Gouvernement et les municipalités selon les prévision de base (100%) 140% ou équivalent du SkyTrain de Vancouver.

Prévision de base  100 %

438 M $ Facturation CDPQ-Infra

128 M $ Revenus usagers

310 M $ Déficit du REM

Partage du déficit du REM

238 M $ Part du Gouvernement du Québec

  72 M $ Part des municipalités

Prévision de base  140 %

592 M $ Facturation CDPQ-Infra

179 M $ Revenus usagers

413 M $ Déficit du REM

Partage du déficit du REM

326 M $ Part du Gouvernement du Québec

  87 M $ Part des municipalités

Prévision de base  258 %

743 M $ Facturation CDPQ-Infra

330 M $ Revenus usagers

413 M $ Déficit du REM

Partage du déficit du REM

326 M $ Part du Gouvernement du Québec

  87 M $ Part des municipalités

Le REM sera extrêmement rentable pour la CDPQ avec une facturation de 743 millions $ pour 105 millions de passagers

Lorsque l’on compare à Vancouver, 105 millions de passagers par année dans un métro automatique à un coût d’exploitation de 164 millions $ par année. 

​

Donc avec ce volume de passagers, le surcout du REM sera de 579 millions $ par année. On peut affirmer que CDPQ-Infra aura entièrement payé son investissement de 3 milliards $ en 6 ans, intérêt compris.

​

On comprend maintenant le sens des propos du PDG de la CDPQ le 22 avril 2016 :

« Il faut maximiser l’achalandage » 

« Cela va payer un rendement intéressant »

« La seule chose que nous allons privilégier, c’est la concurrence »

« La Caisse est une organisation commerciale. Nous allons gérer ce projet selon les principes commerciaux »

​

Commentaire

Il n’y a eu aucun concurrent à CDPQ pour offrir le REM à meilleur prix. Puisque la Caisse est une organisation commerciale, il faut privilégier la concurrence pour offrir au Québécoisl le REM à meilleur coût. Un appel d’offres international pour un PPP de 15 ans ou 35 ans permettraient d’obtenir un projet entièrement payé rapidement et libérer des fonds pour financer d’autres projets de transport électrique pour réduire les changements climatiques.